Français English
Facebook Twitter
Mon compte
Accéder / Ouvrir

Panier (0)
La galerie d'art > Art ancien & Antiquités en vente > Dessins anciens, arts graphiques
DétailDétail 

GALIEN-LALOUE Eugène (1854 – 1941)

La Place Vendôme dans le Paris 1900 de la Belle Epoque

Aquarelle sur papier signée en bas à gauche de la main de l’artiste « E. Galien-Laloue »
A vue : 12 cm x 8,4 cm – Encadrée : 35,5 cm x 32 cm
5 200 €

Descriptif

Le Paris animé de la Belle Epoque vers 1900 par Eugène Galien-Laloue, illustre védutiste qui sut saisir comme aucun autre la vie parisienne au climax de son charme comme de son chic.

Admirable aquarelle représentant une vue en perspective de la célèbre place Vendôme depuis la Rue de la Paix qui incarnaient déjà le cachet parisien, l’élégance et luxe à la française.

Fraîcheur de la palette qui joue des nuances de gris et d’or rose ; maîtrise -d’autant plus grande dans ce format resserré- de la touche rehaussée de gouache blanche qui croque finement la promenade d’élégantes et de dandys parisiens le long des hôtels particuliers à arcades au sein de ce lieu emblématique de l’élégance du luxe français qui rassemble les plus grands noms de la haute-joaillerie. Sujet à valeur de document historique, l’on note que les abords de la place étaient plus arborés qu’aujourd’hui.
 
Dès le milieu du XIXe siècle la rue de la Paix et la Place Vendôme attirèrent l’élite mondiale en quête d’élégance et de sophistication à travers le choix de ses parures (bijoux et haute-couture).

La colonne surmontée de la statue de l’Empereur est aisément identifiable.
Ce monument majestueux qui s’inspire de la colonne Trajane à Rome fut d’abord réalisé par Chaudet et édifié par Bonaparte en 1810  pour commémorer la bataille victorieuse d’Austerlitz. Sa matière même se voulait symbolique puisque la colonne fut fondue avec le bronze des 1200 canons pris aux armées de l’ennemi.

Jugée trop emblématique du règne de Napoléon Bonaparte, elle suivit le destin des Empires.
La statue originale fut d’abord fondue à la chute du Ier Empire, remplacée par une nouvelle statue en 1833 à laquelle Napoléon III substitua la réplique de la statue originale réalisée par Auguste Dumont que nous connaissons aujourd’hui. 

Cette statue à la gloire de Bonaparte, abhorrée des communards,  faillit disparaître à la chute de Napoléon III.
Elle fut sauvagement démontée puis réinstallée Place Vendôme par le Maréchal Mac-Mahon en 1873 après la chute de la Commune. Gustave Courbet qui avait participé à la démolition de la colonne Vendôme fut assigné à la restaurer à ses frais.

Aujourd’hui encore la Place Vendôme et la rue de la Paix appartiennent aux lieux les plus luxueux au monde.

Les gouaches et aquarelles de Galien-Laloue dépeignant Paris sont particulièrement recherchées des collectionneurs internationaux et fortement cotées, a fortiori représentant ce haut-lieu de l’élégance mondiale à l’acmé de son charme, la Belle-Epoque.