Français English
Facebook Twitter
Mon compte
Accéder / Ouvrir

Panier (0)
La galerie d'art > Art ancien & Antiquités en vente > Dessins anciens, arts graphiques
DétailDétailDétail

Adriaen VAN OSTADE (1610-1685) suiveur de,

Scène de vie à l’étable, lavis par une école hollandaise fin XVIIIe, cadre doré fin XVIIIe

Dessin au lavis
Avec le cadre : 62,5 cm x 51,5 cm - Dimensions de la feuille à vue : 51 cm x 41 cm Dessin pris au filet d’encadrement (dessiné à la main) : environ 45 x 34 cm
Cadre d'époque fin XVIIIe, petits accidents au cadre essentiellement à la feuillure
1 400 €

Descriptif

Iconographie et travail très proche d’Adriaen Van Ostade s’inscrivant clairement dans la continuité de ce fameux peintre hollandais qui, lui-même inspiré par Bruegel, s’attacha à dépeindre le monde paysan, avec une malice certaine, satiriste bienveillant.

Pendant de « Conversation à la ferme dans un paysage » par le même artiste, la réalisation de cet important lavis est probablement intervenue vers la fin du XVIIIe.

C’est ici la vie de l’étable qui a retenu l’attention de l’artiste.

La scène regorge de détails, d’objets usuels comme de clins d’œil.

Un couple de paysans oeuvre au milieu des vaches, des poules et des cochons à l’élan « aérodynamique », dont l’anatomie moins exactement représentée que l’anatomie humaine, possède le charme des dessins situés entre le XVIe et XVIIIes. 
 
L’enseignement vétérinaire, et avec lui, la connaissance de la physiologie animale, ne se développe véritablement qu’avec Claude Bourgelat dans la seconde partie du XVIIIes. Une chouette contemple ce labeur qui semble s’accomplir avec satisfaction.

Dans une mise en abyme d’une extraordinaire modernité, le personnage près de la vache, qui ne correspond ni par sa mise ni par sa coiffure à l’iconographie du paysan (autoportrait de l’artiste dissimulé ?), en contradiction avec son action, semble tourner son regard dans notre direction comme pour mieux nous interpeller.