Français English
Facebook Twitter
Mon compte
Accéder / Ouvrir

Panier (0)
DétailDétailDétail
DétailDétailDétail
Détail  

VAN GORP Henri Nicolas (1756 – 1819),

Portrait d’apparat d’un officier des gardes du corps du roi, corps d’élite de la maison militaire du roi, HST, signé et daté en bas à droite par Van GORP, 1818

Huile sur toile
Format de l’œuvre seule à vue : 64 x 52 cm – Avec son cadre XIXe : 80 x 69 cm
Provenance : collection d'un château français
PRIX SUR DEMANDE

Descriptif

Œuvre de la maturité, Henri Nicolas Van Gorp, portraitiste coté qui exposa au salon de 1793 à 1819, réalise à l’apogée de sa carrière ce portrait ornemental de très grand format d’un jeune officier déjà accompli, en pleine maîtrise de son art, lui qui fut l’élève de Louis-Léopold Boilly.

Le format n’est pas le plus courant dans son œuvre, la plupart des portraits que l’on rencontre sur le marché étant de dimensions beaucoup moins ambitieuses les rapprochant de grandes miniatures.

De fait, il s’agit là d’un portrait d’apparat.

Van Gorp s’attache à un sujet bien fait de sa personne, comme doivent l’être les officiers de ce corps militaire, dans une mission de protection comme de représentation ; et souligne par la facture particulièrement accomplie du visage et de son expression, mais aussi par la dimension atypique de ce portrait, la grandeur de l’officier, qui bien que jeune compte déjà parmi les personnages du Royaume, par sa naissance et ses hauts faits militaires.

La touche de l’habit est enlevée, faisant scintiller les galons argentés.

Ce portrait s’inscrit sobrement dans un décor pré-romantique sur fond de ciel et de nuages étayant la vocation martiale du personnage, son existence rythmée par l’action, détachée de toute domesticité.

C’est un portrait destiné à impressionner tout en supportant d’être admiré de près par la qualité minutieuse de la touche dépeignant un visage où se disputent l’impétuosité et le flegme,

Ce portrait grandiose d’un officier des gardes du corps du roi - en l’occurrence servant Louis XVIII narre aussi une époque, une fonction sociologique, historique, militaire.

Unité de cavalerie de la maison du roi sous l’ancien régime et la restauration, les gardes du corps du roi composent l’élite et le premier rang de la maison militaire du roi, devant les chevau-légers et les gendarmes de la garde.

Leur uniforme caractéristique, bleu galonné d’argent, leur vaut le surnom de « Maison bleue du Roi ». Ils sont en effet l’un des seuls corps de la maison militaire du roi à porter le bleu comme couleur principale.

Chargés de la protection rapprochée du roi, c’est un privilège qu’ils doivent à leurs qualités morales (mais également physiques, de la prestance), mais également à leur naissance, (ils sont issus de la noblesse, et doivent posséder déjà une certaine indépendance financière leur solde étant à caractère honorifique et insuffisante) ; depuis 1775, pour accéder à cette fonction militaire prestigieuse ils doivent produire des titres devant le généalogiste des Ordres du Roi.

L’iconographie et la datation tendent à l’identification plus précise de ce tableau, portrait présumé de Joseph-Alexandre Berthier (1792-1849), plus jeune frère du maréchal de France et Prince de Wagram, possesseur du château de Chambord qui s’illustra particulièrement sous l’Empire avant de rallier Louis XVIII, Louis-Alexandre Berthier.

Joseph-Alexandre Berthier, 1er Vicomte Berthier et maréchal de Camp appartient aux grands personnages de cette illustre famille militaire. 

Parfaite provenance. Issu des collections d’un château français.