Français English
Facebook Twitter
Mon compte
Accéder / Ouvrir

Panier (0)
La librairie > BD disponibles & Figurines > Albums de Tintin en premières éditions étrangères
DétailDétailDétail
DétailDétailDétail
Détail  

Hergé

Tintin, King Ottokar's Scepter, Golden Press, première édition américaine, 1959

BON ÉTAT / RARE
620 €

Descriptif

Première édition américaine du Sceptre d’Ottokar, édité par Golden Press en 1959.

Ce titre est également le tout premier à être publié par l’éditeur américain.

C’est le seul à être traduit sans collaboration par Nicole Duplaix, la fille de l’éditeur Georges Duplaix, âgée alors de seize ans.

Les éditions Golden Press sont particulièrement rares en raison de leur faible tirage et du fait que seulement six titres des aventures de Tintin furent publiés entre 1959 et 1960.

Le texte du quatrième plat est différent de celui figurant sur les éditions Methuen.

Le cartonnage de la couverture, ainsi que le papier utilisé est également notablement plus épais.

Ces éditions furent également les premières dont le dos fut imprimé. Notons enfin qu’elles étaient produites par des presses américaines du Wisconsin et non imprimées en Belgique par Casterman.

Traduites ensuite par Danièle Gorlin (et non par Leslie Lonsdale Cooper et Michael Turner pour Methuen, qui avaient tissé une relation de confiance avec Pierre Servais, en charge des droits d’adaptation, et plus tard avec Hergé), on constate des variations intéressantes.

La plus notable des variations (choix  d’une différentiation ou anomalie ?) apparaît dès le titre : King Ottokar’s Scepter. Le mot « sceptre » qui demeure « sceptre » dans l’édition Methuen anglaise devient « scepter ». Un choix sur lequel reviendra Little Brown en 1974 en reprenant le titre : King Ottokar’s Sceptre.

Autre curiosité de cette première édition américaine. Pour satisfaire le contexte américain longtemps marqué par la prohibition et un puritanisme plus marqué qu’en Europe, le personnage de Haddock fut jugé exagérément porté sur la boisson, et certaines cases durent être adaptées ou supprimées afin de ne pas choquer le public américain. Dans le Crabe aux pinces d’or l’on peut également observer qu’un personnage natif d’Afrique noire a été remplacé par un portoricain.

Les Etats-Unis n’étaient cependant pas encore prêts à accueillir le petit reporter avec le même franc succès recueilli en Europe.  En 1962, l’éditeur britannique Methuen se plaçait déjà sur les rangs pour sortir sur le marché américain les titres que Golden Press n’avait pas pu publier.
 
Quinze ans après la parution du premier titre chez Golden Press, l’éditeur américain Atlantic Little Brown réussira là où Golden press avait échoué, et ce grâce, essentiellement, à la parution en 1972 des aventures de Tintin dans le Children’s Digest, qui popularisa le héro belge.
 
En bel état, quelques défauts d’usage peu gênants. Très bel état intérieur
  • 1er plat : de bel aspect, brillant, décor de l’illustration bien présent très peu frotté, quelques traces très légères de crayon sur Milou dans la partie inférieure ainsi qu’une petite trace de bic. Quelques rayures peu visibles.
  • Dos : cartonné rouge bien solidaire, décoloré, avec aux extrémités un ancien scotch sans doute utilisé préventivement, les mors étant parfaitement homogènes.
  • 4e plat : plus sali que le premier plat, des défauts d’usage mais l’illustration centrale est parfaitement préservée
  • Coins arrondis
  • Pages de garde : parfaites
  • Ex-libris au stylo sur la page neutre en vis à vis de la page de titre.
  • Intérieur : étonnamment frais, rares défauts, peu de rousseurs, aucune déchirure. Très agréable.

Une première édition américaine très rare dans un bel état.

Le premier jalon passionnant de l’histoire éditoriale américaine de Tintin à posséder de toute urgence.

© Copyright Hergé / Casterman - Moulinsart 2016

Biographie

HERGÉ
RG, les initiales de Georges Rémi

« Je cherche à raconter avant tout une histoire... Et à la raconter clairement. »

Hergé ou l'évidence de la ligne : « Après avoir écrit un synopsis de 2 ou 3 pages, j'effectue mon découpage sur de petites feuilles où je griffonne des croquis... Cela fait, je passe au travail proprement dit sur planches grand format et, là, j'y vais de toutes mes forces... Je crayonne, et je rature, et je gomme, et je recommence jusqu'à ce que je sois satisfait. (...) Puis, case par case, je vais prendre un calque de tous ces crayonnés. Cela signifie que, parmi tous ces trais que s'entremêlent, se surposent, se dédoublent, s'entrecroisent, se recoupent, je vais choisir celui qui me paraît le meilleur, celui qui me semble à la fois le plus souple et le plus expressif, le plus clair et aussi le plus simple, celui qui exprime au maximum le mouvement, et cela tout en essayant de conserver toute la spontanéité, la fraîcheur, le jaillissement du premier jet, même si le premier jet a exigé un long travail. »

DATES ET MOMENTS CLÉS

Le 22 mai 1907, naissance de Georges Remi ou Hergé à Bruxelles.
Le 10 janvier 1929, Tintin et Milou font leur première apparition. 
En 1930, premier album : Tintin chez les Soviets. 
En 1946, publication du premier numéro du Journal Tintin. 
En 1950, Hergé fonde les Studios Hergé. 
En 1976, parution de la dernière aventure de Tintin : Tintin et les Picaros. 
Le 3 mars 1983, Hergé meurt à l'âge de 76 ans.

Les albums de Tintin restent des best-sellers dans le monde entier : depuis 1929, les ventes ont dépassés les 250 millions d’albums vendus, traduits en plus de soixante langues.

Dans les ventes publiques internationales d’œuvres d’art, les amateurs s’arrachent à prix d’or les albums, les dessins d’Hergé et les objets de tintinophilie.

Depuis une dizaine d’année les ventes aux enchères de Bandes Dessinées ont décollées au point de devenir un marché indépendant de celui du livre avec ses experts et ses catalogues de vente spécialisés.

Les musées eux même commencent à s’intéresser à cet art, depuis 2008 le Centre Georges Pompidou expose une planche d’Hergé tirée de l’album « L’Affaire Tournesol ».

Les célèbres héros de bande dessinée, Tintin et Milou, créés par Hergé, sont devenus les nouvelles coqueluches des collectionneurs de 9eme art. 
Succédant à Enki Bilal, Hergé devient l’auteur de BD le plus cher du monde.

Lors d'une récente ventes aux enchères, une page dessinée de la main de l’artiste montrant Tintin, son chien Milou et le capitaine Haddock, réalisée en 1963 pour « Les Bijoux de la Castafiore », a atteint la somme incroyable de 312.500 euros, soit plus de trois fois le montant de son estimation.