Français English
Facebook Twitter
Mon compte
Accéder / Ouvrir

Panier (0)
DétailDétailDétail

Louis-Philippe Crépin (1772 - 1851)

Paysage animé, fine pastorale en bord de rivière dans son cadre d’époque Empire

Cadre d’époque Ier empire en bois et stuc à palmettes et rais de cœur
Huile sur panneau de noyer, à vue 24 x 31 cm / dans son cadre d’époque : 37cm x 44cm
-38%
3 200 € 1 984 €

Descriptif

Très fine huile sur panneau de la toute fin du XVIIIe présentée dans un cadre d’époque légèrement postérieur (Ier Empire), attribuée à Louis-Philippe Crépin qui prisait les sujets où dominait l’élément aquatique.

Cette scène paisible regorgeant de détails se déroule au bord d’une calme rivière de France. Dans les pâleurs rosées de l’aube, à l’horizon point, encadré de feuillus, un village et son clocher.

De part et d’autre des deux rives, le peuple de cette belle campagne est déjà éveillé.

Près d’un troupeau composé de plusieurs vaches et d’un mouton, un homme et une femme discutent tandis qu’un petit chien monte la garde.

De l’autre côté de la rive une mère chemine avec son enfant et leur chien en tenant son nourrisson dans ses bras.

Toute la douceur de cette scène familière est déversée avec naturel dans cette œuvre.

L’attitude décidée et affectueuse de la mère, le calme rituel du troupeau, la beauté de ce paysage fait de péninsule, d’îlot, de luxuriance sereine, de sage rivière, de village où rien ne manque.

La touche est subtile, enlevée, possède la précision que l’on attend d’une gouache et pourtant l’homogénéité, la cohérence ensemblière de l’huile et cette patine exquise, marque des grands maîtres. 

Le chromatisme des tons tendres si justement assemblés semble devoir au pastel.

Et si l’air et l’eau, passant de l’albumineux au rosé, du bleu faïence à la plus parfaite transparence, dominent l’architecture de l’œuvre, les vêtements des deux femmes relevés de rouge – surtout celui de la mère au premier plan – mettent l’accent sur l’humanité de cette scène charmante. La posture de la mère, ce délicat déhanché, suffit à diriger le regard vers ce personnage principal, que l’on ressent humble et parfaitement heureux.

Davantage qu’une pastorale, une invitation au bonheur.

Petits accidents au cadre et à sa dorure d’époque qui ne nuisent pas à la qualité et cohérence de l'ensemble.