Français English
Facebook Twitter
Your account
Log in / Register

Basket (0)
The art gallery
DétailDétailDétail

17th epoch Italian School, 17th Florence School, school of or workshop of Alesandro Allori (1535 - 1607)

Annunciation Angel

Oil on panel (walnut)
32 cm x 24 cm (panel only) – Framed : 48 cm x 40 cm
Old collection mark on verso : ADB.
Old black frame probably 17th epoch
PRICE ON REQUEST

Descriptif

Œuvre réalisée par un artiste florentin du XVIIe, probablement dans l’entourage du peintre Alessandro Allori (1535 - 1607), fils du Bronzino, qui exécuta plusieurs versions de ce sujet de dévotion, image miraculeuse très appréciée et collectionnée sous la Contre-réforme, inspirées par l’Annonciation de la Santissima Annunziata de Florence, une célèbre fresque anonyme datant du Trecento.
 
Allori réalisera une dérivation de cette fresque, ainsi que des versions de formats plus resserrés par son atelier ou lui-même, se recentrant sur le portrait en diptyque des deux personnages de la fresque ; réalisant séparément un portait de l’ange et de la vierge Marie comme dans la version attribuée à Allori conservée par le Musée de Nantes où les ailes de l’ange ne figurent pas – comme dans notre tableau.
 
Plusieurs artistes de la fin du XVIe siècle jusqu’au XVIIe siècle traitèrent ce sujet mais c’est l’atelier d’Alessandro Allori qui réalisa le plus grand nombre de versions.
 
A noter l’excellente reprise de ce sujet par l’artiste Carlo Dolci dans les collections du Musée du Louvre, réalisée vers 1653-55, postérieurement à la Contre-Réforme (1545 – 1648), dans une représentation déjà plus profane, la touche très réaliste, l’attention se portant sur l’orfèvrerie de la tunique.
 
D’une magnifique facture, notre version demeure fidèle à la fresque du Trecento mais aussi à l’Annonciation d’Allori, les mains de l’ange restant dissimulées dans la tunique. Le diadème ceint. L’auréole rayonnée de l’ange, la tunique sobre mais ourlée d’or, est également très proche de la fresque comme de l’Annonciation d’Allori.
 
Le traité de ce sujet dans notre oeuvre est cependant à notre sens plus fin et abouti que les versions connues de l’atelier d’Allori, réalisé dans une palette qui évoque la fraîcheur des artistes coloristes de la Renaissance tout en restant plus fidèle à l’original du Trecento, robe dans un rose nacré, tunique d’un vert amande intense.
 
La finesse des traits de l’ange, la qualité de la main de cet artiste florentin du XVIIe non identifié formellement suggère un maître.
L’émotion qui émane du visage d’albâtre grâcieux de l’ange saisit l’amateur d’art ancien sans le filtre d’une mise en scène allégorique religieuse qui aurait pu affaiblir la réception de cette œuvre, son incroyable modernité.
 
Ancienne marque de collection au fer au dos de l’œuvre : ADB.

Rapport de condition : très bel état de conservation général.